Le parc de Hortobagy en Hongrie

Ecrit par Emilie


Comme nous le racontions dans notre article précédent, la Hongrie réserve de bien belles choses !

Jeunes hiboux à l’hôpital des oiseaux

Nous avons été surtout marqués par la découverte du parc Hortobagy classé au patrimoine mondial de l’Unesco et abritant une faune et une flore très variées.

Ici, des aménagements certes un peu touristiques pour ceux ou celles qui veulent repartir avec des souvenirs, mais pas plus que cela ! Les steppes offrent le privilège d’être immenses et les chemins d’observations ne sont donc pas évident à trouver. Pour cela, mieux faut se renseigner au point information où vous pourrez acheter pour quelques euros une carte avec explications et sentiers d’observations marqués + l’entrée au parc payant à certains endroits. Et quand on voit comme cet endroit est préservé, ce n’est pas un mal. Des infrastructures telles que l’hôpital des oiseaux proposent des animations familiales : le soin des oiseaux blessés aux côtés des soigneurs, l’occasion d’approcher de près des grands rapaces et de faire un peu de prévention. L’accès à l’hôpital des oiseaux sans interventions n’est en revanche pas payant.

Nous avons parcouru deux sentiers d’observation sous un soleil de plomb. Le premier était une boucle de 10 km sillonnant entre steppes arides et points d’eaux. Et là, ça monte crescendo jusqu’au bouquet final ! On observe très vite des aigrettes garzettes, des grandes aigrettes, des hérons pourprés et des hérons cendrés, des faucons… Des observatoires se situent un peu excentrés du chemin de terre pour pouvoir observer à loisir les nombreux points d’eaux. Après 5 km marqués par de nombreuses pauses, nous arrivons à une étendue d’eau bien plus grande que les précédentes et nous entendons avant de voir : des centaines d’oies rieuses et d’oies cendrées, venue faire une pause dans leurs migrations. Un observatoire haut d’une dizaine de mètre avec longue vue (si vous n’avez pas de bonnes jumelles!) permet de jouir du spectacle, et quelle ne fut pas notre surprise en constatant que le groupe d’oiseaux d’une centaine d’individus plus loin ne sont autre que des grues cendrées, elles aussi en migration ! Formant un groupe isolé des oies bien bavardes qui se racontent sans doute les aléas de leurs voyages pour parler autant ! Elles, elles paraissent plus tranquille, étendant parfois leurs grandes ailes en courant gracieusement sur l’eau. Mais parmi ces centaines d’oiseaux il y aussi de nombreuses spatules blanches, ainsi que des grandes aigrettes chassant en solitaire, des canards bien sûr et des hirondelles filant au dessus des groupes.

Quelque chose d’émouvant se dégage de ce tableau, un cycle qui continue. Un peu d’espoir aussi, car oui nous ne voyons pas que des jolies choses dans ce voyage. Énormément (je devrais l’écrire en majuscule et encore…) de déchets, mais aussi l’absurdité de la consommation de masse (l’un ne va pas sans l’autre?), d’aménagement du territoire pour le tourisme de masse et autres, des formes de violence subjectives telles que le gaspillage des ressources planétaires… Et j’en passe.

Bosquet, refuge de faucons

Le lendemain nous avons été voir un autre sentier, passant dans une ferme puis faisant le tour d’un bosquet où des dizaines et des dizaines de faucons Kobez vaquaient à leur occupations, mâle, femelles, juvéniles, nous avons pu tous très bien les observer tout en respectant leurs intimités. Car ce qui est bien avec ce parc c’est le respect de la nature, les sentiers en terre assez loin des animaux mais parfait pour l’observation.

Le parc abrite aussi des chevaux sauvages, des bœufs musqués et des moutons racka…

Pour les passionnés d’ornithologie il est vivement conseillé d’y aller faire un tour, si possible pendant les périodes où les oiseaux migrateurs sont présents.

Une réflexion sur “Le parc de Hortobagy en Hongrie

  1. Pingback: Que de belles surprises en Hongrie | Clippages & Escapades

Laisser un commentaire