Norvège, le Cap Nord


C’est dingue la Norvège. A peine passé la frontière, tu en prends plein les yeux. Fjords, cascades, plages de sable blanc face aux sommets enneigés, eaux translucides. Moutons et rennes animent cette fresque merveilleuse. C’est le bouquet final de notre voyage.

Nous avons mis pas mal de temps pour arriver à notre premier bivouac. Nous avons fait chauffer l’appareil photo sur la route. Le début du calvaire pour ce dernier. A Trollholmen, des trolls de pierre gardent la côte. Ils veillent sur les plages de galets, les petites criques et la ferme aux alentours. Le vent les balaie de son souffle, la mer de ses vagues mais ils restent dressés, immobiles. Nous, on sautille pour se réchauffer, on est secoué à chaque rafale.

La route menant au Cap Nord longe la côte, le fjord Porsangerfjord. On route sous mauvais temps, les reliefs sont en partie dissimulés par les nuages. Avant que la route ne s’enfonce sous la mer, un navire sort de la brume. Il apparaît plus nettement de l’autre coté du tunnel. Nous arrivons à Mageroya. Un bout de terre froide. En bord de mer, quelques villages de pêcheurs. Au dessus, vallons et plateaux. Pas d’arbre, seulement une abondante pâture pour les rennes, nombreux. Des cours d’eau aussi, ruisselant depuis les hauteurs où la neige fond encore. Les falaises ici plongent dans la mer.

Le village de Gjesvaer est paisible. Un salut de main aux habitants en passant. Le vacarme des mouettes et goélands lors de leur envol en masse, flairant le poisson. Les séchoirs à morues encore vides dressés face à la mer.

En marchant en bord de mer, curieux de visiter une cascade voisine, je tombe sur un renne, mâle isolé aux bois impressionnants. Un gardien des lieux. Une rencontre inattendue et passionnante. Un tête à tête dans un lieu magnifique.

Le comble de ce bout de terre à l’extrémité de l’Europe, c’est l’existence de deux cap nord. Le premier (rajouté les majuscules), accessible en voiture, permet de se rendre près d’un célèbre globe dressé en haut d’une falaise de 200m plongeant dans la mer de Barents. Infrastructures touristiques à la clé en échange d’une bonne trentaine d’euros par visiteur. Autant vous dire qu’on a vite oublié l’idée. Le second permet d’atteindre le point le plus au nord de l’Europe (Knivskjellodden). En prime, une très belle randonnée de 18 km, parfois boueuse et ambiance parcours d’aventure, qui permet d’admirer les bords de mer, le « Cap Nord » au loin, accompagnés des troupeaux de rennes. Et puis, le chemin s’arrête. Encore quelques pas sur les rochers avant d’être face à la mer. Nous ne sommes pas les seuls à apprécier ce moment qui finalement n’est que symbolique. Nous regardons tous au loin, perdus dans nos pensées.

Petit pincement au cœur, en quittant ces lieux. Cap vers le sud maintenant. Car finalement notre voyage en Norvège ne fait que commencer.

Une réflexion sur “Norvège, le Cap Nord

Laisser un commentaire