Osp, façon terre promise.

Ecrit par Valentin


Osp, c’est avant tout un charmant petit village situé au sud-ouest de la Slovénie, collé à la frontière Italienne et Croate. C’est aussi un village rural, où chaque habitant semble contribué à la pousse de légumes et de fruits dans de très grands potagers et vergers, le village parfait peut être ?

Osp vu des falaises

Sans doute, car au pied du village s’élèvent de magnifiques falaises réparties en 3 grands spots. Et l’ambiance, vous le verrez on l’espère au travers de ces lignes, est plutôt déroutante, surtout en comparaison avec le coté calme , sec et rural de Osp.

Mišja Pec, chants et merveilles.

Nous nous sommes plu en ces lieux. Et je crois que la première journée à Osp y est pour beaucoup. Direction donc Mišja Pec, la falaise la plus excentrée du village. Oui, la route d’accès est située … juste après le panneau indiquant la sortie du village. Un petit parking un peu plus loin (qui deviendra notre lieu de bivouac) permet de se garer. Après avoir longé la route pendant quelques minutes, direction le petit sentier menant au pied de la falaise. Visible de loin, elle forme une cuvette, visiblement favorable à la croissance de la dense végétation siégeant au pied des falaises. Clairement, avec le raisonnement du chant des oiseaux, l’impression d’être éloigné de tout, nous avions vraiment l’impression d’être dans une petite forêt ambiance tropicale.

C’est sur le secteur de droite que nous avons entamé notre journée de grimpe. Il regroupe des voies faciles sur la partie extérieure, parfait pour l’échauffement. Enfin presque, car le pied de la falaise est bien en pente et plutôt caillouteux. Changement de coté ! Corde en main, nous avons longé le secteur central, regroupant une très grande majorité de voies de 7ème et 8ème degré, bien déversantes et plutôt longues, on repassera ! Coté gauche de la falaise, c’est bien plus simple pour assurer, et les voies donnent vraiment envie. C’est donc très progressivement que nous continuons notre découverte des lieux avec les enchaînements à vue de Jozetova (6a+), Dragotova (6b) et Sorinna (6c). D’ailleurs, cette voie à doigt, fine, a été un vrai plaisir. Et a mis en confiance. Direction donc Jumbo (7a) voisine. Elle donne très envie. Colo’ en bas de la voie (sa trompe), un léger réta’, puis une partie verticale qui propose notamment une succession de mouvement très cool, surtout au moment d’une petite traversée sur règle conduisant à un bac salvateur. Après un premier essai où il a fallu que je comprennes l’enchaînement à réaliser au moment de la traversée, et sous les encouragements d’Emilie, qui a aussi beaucoup apprécié les différents mouvs’, je tente l’enchaînement. Motivé plus que jamais car je le sens bien ! Et chic, ça passe ! C’est donc mon premier 7a en falaise ! Allé, c’est l’heure du déjeuné.

L’aprem’, on remet ça plus doucement, ça chauffe sur les falaises . Manque d’expérience oblige , on décide en plus de visiter le secteur central, plus fréquenté, plus patiné, et en plein cagnard. Mauvais plan. Nous irons tout de même en haut de Cevapcic (6c), une belle voie qu’on aurait apprécié d’avantage le matin. Retour au parking, préparation du bivouac, et un bon coup de Brazamzer pour fêter cette belle journée.

Plus chaud, plus cool et playa !

C’est au chant des oiseaux (plutôt nombreux et matinaux) que nous débutons une seconde journée à Osp. Ce coup-ci, direction Banje et Babna, deux falaises surplombant le village. La journée s’annonce chaude. Nous grimpons d’abord sur Babna, sur les hauteurs. Après quelques soucis de compréhension du topo, nous voilà enchaînant Cauko (6a) puis s’élançant dans Il Castigo (6b+). Du moins, pensant s’élancer dans cette voie. Ça parait plus costaud, surtout sur la dernière partie de la voie. Normal, je me suis élancé dans Epena (7a+), la voie voisine. Sacré échauffement !

La température monte, nous décidons de redescendre à Banje car la falaise est abritée par les arbres. La première voie, Super Luknja (6a) ne nous enthousiasme pas trop. En revanche, Jonathan Livingston (7a), c’est sympa. Après avoir continué notre journée plus tranquillement, nous décidons d’aller nous rafraîchir à la plage, à tout juste 15 min en voiture de notre bivouac (quand on vous disait que Osp avait un coté idéal) !

Caverne et projets

Troisième jour, troisième site du village. Nommé Luknja, Srnjak et Big Wall, c’est un endroit très atypique qui regroupe quelques couennes à notre avis pas très fréquentées vue la végétation qui y pousse, un secteur d’une trentaine de grandes voies, dont certaines de plus de 120m, sont tout de même entre 7a et 8b+ max ! Et entre ces deux secteurs, une très belle caverne, où parait-il un lac apparaît au début du printemps. Les oiseaux y ont trouvé refuge. Des voies dures évidemment, mais aussi quelques voies accessibles. Pour goûter à cette ambiance, je me suis donc élancé dans Satida Bagaba (6a+) qui termine sur les stalactites du toit de la caverne. Un court, mais agréable moment. Cap ensuite à Banje, finalement toute proche, pour se lancer dans quelques projets. Emilie goûtera aux plaisirs de Alenka I.t (6c) et son joli réta’ en milieu de voie. De mon coté, je mettrai un essai dans Mibranko (variante 6c+ de Branko 7b+). L’enchaînement était proche, petite erreur dans un passage délicat. Puis, coup de cœur de la falaise, la voie portant son nom, Banje (7a). 7a ok, mais ce coup-ci, la majorité des mouvs’ valent cette cotation. C’est intense, mais que c’est beau. C’est une voie très à doigt, où il faut parfois serrer de petites prises et arquer de petites règles. Que c’était bon ! Mais pour l’enchaînement, je crois qu’il aurait fallu que je ménage d’avantage les jours précédents.

Petite dernière à Banje et redécouverte de Babna

C’était le coup de cœur de Emilie. Elle a souhaité retenter l’enchaînement de Alenka I.t. Direction donc Banje de bon matin pour ce 4ème jour de grimpe. Ça aurait aussi pu être l’occasion de retenter des voies voisines mais je crois qu’on avait surtout envie de nouvelles découvertes. Et c’est à Babna que nous avons trouvé notre compte. D’abord dans le joli dévers proposé par Hrenovnjaca (6c). Puis par une seconde voie déversante et au nom encourageant, Maudit (7a). Un réta’ puis un passage déversant avec en guise de prise de « petits bacs » où les premières phalanges de 2 à 3 doigts max se glissent. C’est bon, mais ça rend la voie athlétique. Pour en finir définitivement avec les belles voies de Osp, me voici m’élançant, un peu fatigué, dans Olympic (bonne idée ?). Vu d’en bas, ça paraissait pas si physique, mais en fait, la voie est légèrement déversante, avec quelques bidoigts, des règles et peu (pas assez 🙁 ) de bacs ! Mais quand même, j’ai vraiment apprécié. La journée se termine paisiblement. On est comblé, satisfait par ce beau spot, tranquille à cette époque. Ce soir là, nous avons dessiné les plans de nos futurs journées en Croatie !

2 réflexions sur “Osp, façon terre promise.

  1. Pingback: Croatie, en veux tu ? En voilà ! | Clippages & Escapades

Laisser un commentaire