Prilep, du bloc, enfin !


Nous avions particulièrement hâte d’atteindre la ville de Prilep en Macédoine. D’abord, car située … en Macédoine, ce petit pays enclavé entre Grèce, Serbie, Albanie et Bulgarie et qui est plutôt méconnu des touristes. Surtout, car c’est un spot d’escalade de blocs au potentiel ahurissant. Des blocs de granite, il  y en a dans tous les sens sur les collines au nord de la ville. Plus de 400 lignes sont recensées mais les grimpeurs imaginatifs en créeront à volonté.

Pour vous faire un bref descriptif, des blocs il y en a des centaines. Des blocs où la réception n’est pas trop mauvaise, en cherchant bien, il y en a des centaines (mais il faut peut être chercher plus longtemps, c’est vrai). Après, certains blocs ne sont pas purgés et la roche est friable, mais avec une bonne brosse métallique, vous pourrez très certainement créer vos lignes et même les recenser ! Coté topo, il y a une très bonne appli’ mobile disponible (Prilep, 1 euro). Photos des blocs, disposition sur les différents secteurs, emplacements de parking, même si elle est largement perfectible, tout le nécessaire y est. Coté bivouac, nous sommes restés plusieurs nuits sur les bords du lac à quelques kilomètres de la ville. C’était tranquille, réveil au son du berger guidant ses brebis vers les pâturages. Ce que nous avons tout particulièrement apprécié, ce sont les balades, crashpad sur le dos, sur les chemins de biquettes, pour naviguer entre les blocs avant de lancer quelques essais.

Réveil en douceur près du lac

Découverte et recherche des premiers blocs

Le charme de ce site de blocs, c’est l’absence de chemins bien indiqués et d’espaces aménagés. Du coup, il faut trouver ses marques : identifier les bords de route qui font office de parking, repérer le sentier menant aux blocs. Notre première journée à Prilep est à placer sous le signe de la découverte. Nous nous sommes donc frayé notre chemin dans la brousse du secteur Base, visible depuis la route. Premiers blocs, premières sensations : ça monte plutôt haut dans Humming (Font6a) et le granite ça accroche ! Des blocs il y en a pour tous les goûts ; avec ou sans réta’, très déversant ou verticaux, sur réglettes ou avec d’énormes plats comme Mah (Font6c) en proue déversante.

Granite VS peau ! 

Nous avons peu à peu essayé des blocs plus costauds. Au secteur Sisernik, nous sommes tombés nez à nez en pleine confrontation d’Alien (Font7b) vs Predator (Font7c). Bien loin de notre niveau bloc, on s’est contenté de Little Alien (Font6b), très beaux enchaînements en dévers où le talon devient salvateur, puis Cocoon (Font6c) où il n’aura manqué que 1-2 cm et un peu de fougue pour atteindre la prise finale. Là où nous aurons mis notre peau à rude épreuve, c’est sur un joli proejt Po Mahu V Slovo (Font7a+) que Val’ avait repéré le premier jour. Après avoir décortiqué les différents mouvs’, il a tenté maintes et maintes fois l’enchaînement mais sans succès. Dommage car il avait vraiment les clés en main.

C’est donc dans le calme absolu, avec vue sur la jolie ville de Prilep et ses plantations de tabac, que nous avons gainé, serré des prises, parfois poussé des cris dont le fameux « Youp ! » de Val’ qui n’est pas passé inaperçu …


Détail que nous avions à cœur de mentionner : la gestion des déchets est désastreuse en Macédoine et c’est plus que dommage. Des décharges à ciel ouvert sont situées aux abords des villes. Les bords des routes sont jonchés de détritus. La zone de bloc reste épargnée … pour le moment.

Laisser un commentaire